Agenda du week-end

L'Eglise Saint Lubin et Saint Jean-Baptiste

46 rue Gambetta

78120 RAMBOUILLET

La première église Saint Lubin date du XIIe siècle.

Elle était située près du château et des Halles. Devenue trop vétuste et trop petite, elle est détruite en 1872. De 1831 à 1901, la population rambolitaine double. La ville se dote des édifices corespondants à son rang de sous-préfecture.
Le 15 décembre 1860, le Conseil municipal vote à l’unanimité la construction d’une nouvelle église. Mr Félix-Alexandre-Constant Mauquest de la Motte, Maire de Rambouillet en confie la réalisation à Alexandre de Grigny, architecte d’Arras qui lui a été recommandé. Il présente 3 projets. Le dernier est vivement critiqué par l’architecte diocésain Hippolyte Blondel. Pour débloquer la situation, le Maire et le Conseil municipal décident d'organiser un concours public qui sera remporté par Anatole de Baudot, architecte diocésain, élève de Viollet-le-Duc.

La première pierre est posée le 14 avril 1868. La guerre de 1870 retarde la construction qui se termine en 1871. L’église à la forme d’une croix latine orientée nord-sud. Elle est de style néogothique. Elle se dresse à mi-pente du coteau, dans la perspective du Palais du roi de Rome. Elle est construite en brique et en pierre de région associée à de la pierre de taille pour les parties solides. Des matériaux modernes comme le fer, le béton et la fonte complètent les matériaux utilisés. L’idée de l’architecte était de créer un vaste espace intérieur et donner une certaine légèreté à l’édifice.

L’intérieur possède :
- un remarquable orgue du 18e siècle fait d’étain et de bois,
- des vitraux du 19e siècle conçus par le maître verrier Oudinot, représentant la vie de Saint-Lubin et de Saint Jean-Baptiste (les 2 saints patrons de l’église),
- des vitraux du 20e siècle conçus par le maître verrier Gabriel Loire, représentant les 7 sacrements et les 7 dons de l’esprit,
- une huile sur toile La conversion de Saint-Hubert : cette toile, qui représente le patron des chasseurs, est l'œuvre de Charles-André, dit Carle, Vanloo, peintre français d'origine hollandaise. Hubert, chasseur passionné, se convertit au christianisme, et devient évêque de Maastricht, à la suite de sa rencontre avec un cerf entre les bois duquel se trouve un crucifix, commande de Louis XV pour la chapelle du château de Saint-Hubert (Les Essarts le roi).

Si vous visitez l’église, souvenez-vous que c’est un lieu de prière, respectez-le et ne perturbez pas les offices.